Communiqué de presse

Communiqué final de l'atelier de partage d’expériences, de recueil de contributions et de leçons apprises sur la cohésion sociale en Côte d’Ivoire

16 mai 2022

Le 12 mai 2022, les acteurs en matière de cohésion sociale se sont réunis pour un atelier de partage d’expériences, de recueil de contributions et de leçons apprises sur la cohésion sociale en Côte d’Ivoire. Les recommandations issues de cet atelier serviront à enrichir la stratégie nationale de réconciliation et de cohésion sociale 2021-2025.

Légende: Les officiels de l'atelier de partage d'expériences sur la cohésion sociale réunis autour du Médiateur de la République, du Ministre de la Réconciliation et du Coordonnateur résident des Nations Unies.
Photo : © Benoît Gohoun -RCO

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS

Le 12 mai 2022 s’est tenu à Abidjan, un atelier de partage d’expériences, de recueil de contributions et de leçons apprises sur la cohésion sociale en Côte d’Ivoire. Il était présidé par Monsieur Adama Toungara, le Médiateur de la République et organisé par le Ministère de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale, avec l’appui du Système des Nations Unies. La Ministre de la Solidarité et de la lutte contre la pauvreté était également présente. Cet atelier a regroupé une centaine de participants représentants des structures gouvernementales, les autorités locales, la société civile, les partenaires techniques et financiers, les entités du Système des Nations Unies, impliqués dans la mise en œuvre d’interventions multiformes, en lien avec la cohésion sociale en Côte d’Ivoire. L’atelier a été marqué par trois temps forts à savoir :

  • La cérémonie d’ouverture
  • La phase des communications et des échanges
  • La cérémonie de clôture

I. LA CÉRÉMONIE D’OUVERTURE

Cette cérémonie d’ouverture a enregistré trois allocutions : d’abord l’intervention du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, suivie de l’allocution du Ministre de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale et enfin le discours d’ouverture du Médiateur de la République.

II. LA PHASE DES COMMUNICATIONS ET DES ÉCHANGES

La phase des communications

  1. Mme Grace F. KPOHAZOUNDE, Conseillère paix et Développement du Bureau du Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies, a communiqué sur le thème : « Résultats, bonnes pratiques et leçons apprises en matière de cohésion sociale : bonnes pratiques, analyses et réflexion conjointes ».
  2. M. TIMITE Falley, Directeur Général de la Cohésion Nationale, est intervenu sur le thème : « Défis actuels en matière de réconciliation et de cohésion sociale ; perspectives : les succès à capitaliser, initiatives, résultats et consolidation des acquis ».
  3. M. SANOGO Mamadou, Sous-directeur du renforcement de la Cohésion sociale à la Médiature, sur le thème : « Le Médiateur de la République et la cohésion en Côte d’Ivoire : attributions, actions, leçons et bonnes pratiques ».

Les participants ont pu recueillir et croiser les bonnes pratiques et les leçons apprises de plusieurs années de mise en œuvre de programmes et projets dans le domaine de la cohésion sociale par des acteurs multiformes, sur toute l’étendue du territoire ivoirien. Ils ont également bénéficié de l’expérience des autorités locales sur la prévention et la gestion des conflits. La réflexion conjointe sur les défis résiduels en matière de cohésion sociale, a permis de dégager des priorités thématiques et géographiques pour les années à venir.

Plusieurs bonnes pratiques figurant en annexe du présent document ont émergé des échanges des participants. Par ailleurs, afin de faciliter la consolidation de ces bonnes pratiques, les participants ont décidé la mise en place d’un système de gestion des connaissances regroupant les bonnes pratiques en matière de cohésion sociale, qui sera accessible sur le site internet du Ministère de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale. Cet outil favorisera le partage et la divulgation des bonnes pratiques et facilitera par la même occasion, leur mise à échelle par toutes les parties prenantes de la cohésion sociale.

Au cours des échanges, plusieurs orientations ont été formulées pour l’élaboration de la nouvelle Stratégie Nationale de la Réconciliation et de la Cohésion Sociale.

  • Relativement à la priorisation géographique et thématique en matière de cohésion sociale

- Les conflits inter et intracommunautaires latents demeurent importants sur l’ensemble du territoire et particulièrement dans les régions de l’ouest et dans le centre du pays.

- Les conflits liés au foncier se retrouvent sous diverses formes sur toute l’étendue du territoire.

- Les conflits liés à l’exploitation des ressources naturelles, notamment du bois et des forêts classées sont prédominants à l’ouest, tandis que l’orpaillage illicite est retrouvé plus particulièrement au centre et au Nord-Est.

- Les conflits liés à la chefferie sont retrouvés sur l’ensemble du territoire, mais plus courants dans la moitié sud du pays.

- Les conflits agriculteurs-éleveurs sont de plus en plus fréquents et se retrouvent principalement dans le centre et dans le nord du pays.

- Les conflits frontaliers pour lesquels sept régions sont concernées à ce jour.

- Les conflits administratifs sont observables sur l’ensemble de l’étendue du territoire.

 

  • Relativement à l’approche de résolution des conflits

Les participants ont encouragé une approche de résolution des conflits basée sur la culture de la paix, l’éducation à la paix, la non-violence et la lutte contre la désinformation.

Le renseignement, l’écoute, l’humilité et la prise en compte des bonnes pratiques coutumières dans la résolution des conflits ont été prônés.

  • Relativement au renforcement de l’architecture de paix en Côte d’Ivoire

Les participants ont dans leur ensemble reconnu l’existence d’une architecture de paix en Côte d’Ivoire permettant l’alerte précoce, l’écoute, la médiation, le suivi de la médiation et la sensibilisation. Des structures étatiques et la société civile se sont également accordés sur la nécessité d’une approche décentralisée, un renforcement de la synergie, de la coordination et la capitalisation des bonnes pratiques.

À l’issue des échanges, les recommandations suivantes ont été formulées :

- Faire un plaidoyer auprès de l’Etat de Côte d’Ivoire pour le renforcement des moyens du dispositif d’alerte précoce en apportant des mesures d’accompagnement aux acteurs bénévoles afin d’en faire des partenaires de l’action de l’Etat.

- Renforcer la coordination de l’alerte précoce par de plus grands moyens matériels ainsi que la production statistique sectorielle du domaine de la cohésion nationale.

- Fluidifier et vulgariser les procédures de partage d’informations dans le mécanisme d’alerte précoce par un renforcement de capacités techniques sur l’architecture de paix et ses mécanismes ainsi que sur les moyens de détection des premiers signaux de conflits.

- Mener des actions pour la promotion du renforcement de l’appartenance à la Nation ivoirienne, une et indivisible, à travers des actions fédératrices.

- Renforcer l’infrastructure de paix, à travers une meilleure synergie et coordination des acteurs.

III. LA CÉRÉMONIE DE CLÔTURE.

La cérémonie de clôture a enregistré l’intervention du Ministre de la Réconciliation et de la Cohésion Nationale.

 

Abidjan, le 12 mai 2022

Benoît Gohoun

Benoît Gohoun

RCO
Spécialiste communication & plaidoyer

Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative

OIT
Organisation internationale du Travail
OIM
Organisation internationale pour les migrations
RCO
Bureau du(de la) Coordonnateur(trice) résident(e)
ONU Femmes
Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes
ONU-HABITAT
Programme des Nations Unies pour les établissements humains
PNUD
Programme des Nations Unies pour le développement
UNESCO
Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture
FNUAP
Fonds des Nations Unies pour la population
HCR
Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés
UNICEF
Fonds des Nations Unies pour l'enfance

Objectifs poursuivis à travers cette initiative